Des réservistes chez les policiers ? Un syndicat s’y oppose

http://www.france-info.com

Auteur: France Info

Date : 22 février 2011

Consulté le : 22 février 2011

C’est une possibilité offerte dans le projet de loi sur la sécurité intérieure Loppsi 2 : le recrutement de volontaires réservistes, notamment parmi les étudiants, pour compenser la baisse des effectifs.
Le syndicat Unité SGP-Police s’y oppose frontalement, parle de « milice armée » mal formée…

Un corps de réservistes dans la police nationale ? Il existe déjà, depuis 2003. Mais il est ouvert aux seuls retraités de la police nationale, âgés de moins de 65 ans. L’idée nouvelle, c’est d’ouvrir cette réserve à qui le veut.

La disposition est en tout cas contenue dans le projet de loi sur la sécurité intérieure, la Loppsi 2. Elle prévoit d’ouvrir l’accès à “des jeunes intéressés par une expérience valorisante”. Selon le texte, après formation les réservistes acquerront “la qualification d’agent de police judiciaire adjoint (APJ)” .

Ce recrutement permettrait de compenser la baisse des effectifs dans la police.
Ce qui fait hurler un syndicat de policiers, Unité SGP-Police, rattaché à Force ouvrière. Celui-ci s’émeut “de cette volonté de créer un semblant de milices armées et mal formées plutôt que de maintenir des policiers nationaux.

Publicités

Mobilisations contre la Loppsi 2


<http://www.bigbrotherawards.eu.org>

Auteur: Big Brother Awards France

Publié le : 15.01.2011

Consulté le : 22 février 2011

Mobilisations contre la LOPPSI-2 le 15 janvier dans toute la France
Communiqué interassociatif du site http://antiloppsi2.net. Privacy France, membre du Collectif Liberté Egalité Justice (CLEJ), se joint à cet appel.

Le projet de « loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure » (dite « LOPPSI 2 ») s’inscrit dans un contexte d’inégalités et de régressions sociales majeures. Fourre-tout législatif, sécuritaire et illisible, ce texte annonce un nouveau modèle de société. Populations pauvres et précarisées, jeunes, militants ou internautes sont spécialement visés, mais toute la population est concernée car ce projet marque un recul général des libertés individuelles.

Répression des populations ciblées :

Expulsion en 48h et sans contrôle du juge de tous occupants d’habitats hors norme (tente, cabane, caravane, yourte, mobile home, maison autoconstruites, bidonville, bus ou camion aménagé …) sur terrain public ou privé, et destruction de leur habitat ;
Contrôle accru sur les prestations sociales et obligation pour les travailleurs sociaux de faire de la délation ;
vente à la sauvette et vente de métaux sont pénalisées ;
expulsion immédiate des transports en commun …
Face aux difficultés sociales d’un nombre croissant de familles, un « couvre-feu » pour les mineurs de 13 ans, une extension du « contrat de responsabilité parentale », un renforcement du contrôle administratif des mineurs délinquants et une procédure de comparution immédiate devant le tribunal pour enfants sont prévus…
Fichage et vidéo surveillance généralisés : les fichiers de police et de gendarmerie actuels, truffés d’erreurs, incontrôlables et, de fait, incontrôlés sont reconduits, étendus et interconnectés. Les personnes innocentées resteront fichées.

La LOPPSI 2 systématise l’espionnage de l’espace public :

toutes les entreprises privées pourront installer des caméras aux abords de leurs établissements et les préfets le long des manifs ;
la police pourra avoir accès en direct aux images captées par les caméras dans les hall et parties communes d’immeubles ;
les images de vidéosurveillance publique pourront être exploitées par des entreprises privées agréées par le Préfet ;
dans certains cas, des logiciels de reconnaissance faciale automatique seront utilisés pour identifier les sujets…

Durcissement du droit pénal :

Confiscation automatique du véhicule ;
peines-planchers de six mois à deux ans d’emprisonnement dès la 1ère infraction en cas de violence ;
bracelet électronique sur décision administrative pour les sans-papiers ;
pénalisation des chahuts lors de la réunion des instances électives ;
nouvelles périodes de sûreté de 30 ans ;
dispositions visant à augmenter le nombre de « doubles peines »…

Pouvoirs policiers accrus :

Filtrage et censure de sites internet ;
renforcement des pouvoirs de la police municipale ;
instauration d’un vague « Conseil national des activités privées de sécurité » qui entérine et annonce la privatisation croissante de la sécurité ;
création d’une milice suplétive, dîte « réserve civile », de 200 000 gendarmes et policiers à la retraite, et étudiants, rémunérés…

La LOPPSI 2 est la 11e loi exclusivement répressive depuis 2002. Elle vient s’ajouter à l’insécurité sociale qui s’étend à chaque remise en cause des droits sociaux pour tous. Cette loi nous prépare une société du contrôle, fondée sur la tension et la stigmatisation. Elle concrétise le fantasme de l’ennemi intérieur et assimile tout acte de contestation à une atteinte de l’Etat. Elle affaiblit la prévention et les garanties judiciaires.

Examinée au Sénat à la mi-janvier, elle pourrait rentrer en application au printemps 2011. Cette loi menace nos libertés et aggrave l’injustice sociale, elle doit être retirée ou abrogée !

Mobilisons nous partout : Si tu ne t’occupes pas de la LOPPSI 2, elle s’occupera de toi !
1er Signataires : Advocacy, AFVS, AITEC, Bagagerue, CDSL, Collectif anti LOPPSI Toulouse, Collectif Soupe Refecture Diois, DAL, Féd. Arts de la rue, FSU, HALEM, Intersquat Paris, Jeudi noir, Libre Accès, MRAP, Mouv. Objecteurs de croissance, Nomades et citoyens en Mouvement, Privacy France, RéSEL, RESF, SNPES-PJJ/FSU, SNUClias/FSU, SNEPAP FSU, SUD santé sociaux, SUD éducation, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature, Union Syndicale Solidaire, USP, Vie et Habitat choisi …

Ainsi que : Alternatifs, Europe Écologie les Verts, NPA, MJS, Parti de Gauche, PCF, PCOF …

Big Brother et censure : la presse étrangère critique sur la Loppsi 2

http://www.zdnet.fr/actualites/big-brother-et-censure

Par Christophe Auffray ZDNet France. Publié le 18 février 2010

Politique – L’adoption de la Loppsi 2 n’est pas passée inaperçue des journalistes spécialisés allemands, anglais et américains pour qui la France est en passe d’appliquer en Europe le modèle australien de contrôle d’Internet.

En France, la énième loi de sécurité votée par la majorité de droite est loin de faire l’unanimité. La presse spécialisée de l’informatique et de l’Internet se montre dans l’ensemble très critique à l’égard de ce nouveau dispositif législatif en raison de possibles dérives en matière de censure et de surveillance.

La presse étrangère a elle aussi la dent dure à l’encontre de la Loppsi 2. Selon les américains d’Ars Technica, la France détrône l’Australie dans la censure de l’Internet. Le constat du site spécialisé n’a rien de flatteur donc puisque l’Australie s’efforce de mettre en place un vaste firewall dont les dérives et l’inefficacité sont déjà vérifiables.

L’Australie : des libéraux comparés à la France

Pour Ars Technica, l’intention annoncée de s’attaquer à la pédophilie sur Internet n’est qu’un prétexte. Le site rappelle ainsi les précédentes déclarations de Sarkozy faisant état de son désir de voir les FAI prendre une part active en matière de filtrage, et ce dans d’autres domaines que celui de la pédopornographie.

« En conséquence, la France aura désormais un des plus durs régimes de censures de toutes les vieilles démocraties de l’Europe de l’Ouest – même si l’Australie s’avère un compétiteur pour la France sur la scène mondiale » tranche le site spécialisé. Aie.

Les allemands de Spiegel ne sont guère plus tendres à l’égard de la France et voient déjà planer l’ombre de Big Brother sur l’Internet français. Spiegel connaît bien ce dossier puisque l’Allemagne a adopté une loi comparable, même si le gouvernement refuse désormais de l’appliquer, préférant demander le retrait des contenus que d’en filtrer l’accès.

Pour le journal allemand, l’adoption de Loppsi n’a rien d’une surprise et tient avant tout à des préoccupations électoralistes à l’aube des élections régionales. A défaut de résultats en économie, avec un bilan sombre en matière d’emploi et de déficit, Sarkozy n’aurait d’autre choix que miser sur la sécurité pour occulter ses échecs.

Quant aux anglais de The Register, ils établissent comme Ars Technica un parallèle entre la politique française et la très puritaine politique australienne de contrôle d’Internet. Pour le site britannique, la France est en passe de faire passer l’Australie pour des amateurs dans le domaine de la censure d’Internet par l’Etat.

La Fondation Abbé Pierre et Droit au Logement s’alarment d’un amendement au projet de loi sur la sécurité

www.maire-info.com

Auteur : Association des Maires de France (AMF)

Date : 10 septembre 2010

Consulté le : 25 janvier 2011

_fondation_abbe_pierre[1]

La Fondation Abbé Pierre et l’Association Droit au Logement sont opposées à l’expulsion de squatters de terrains et de logements précaires.

pour aller plus loin, lire l’article.